Aller au contenu principal

Le Café Belge et Excelsior

Mémoire d'établissements Horeca

Café Belge et Excelsior – Wimpy II – Kofferpaan – Pub on the top

170 ans d’histoire gastronomique à la place d’Armes

Robert L. Philippart

Le N°15, Place d’Armes est une adresse bien ancrée dans les mémoires. Ce qui est depuis fin 2019 le restaurant à cuisine latino-américaine et le chill bar Qosqo-Ville, fut depuis 1989 le restaurant mexicain Chi-chi’s. La génération d’avant se rappelle l’ouverture des restaurants Wimpy et Brasserie-grill Kofferpaan en 1970. De 1852 à 1970, le Café Belge-restaurant Excelsior fut un des grands rendez-vous du monde associatif. Sur 170 ans, l’histoire de cette maison révèle la mutation de la capitale et illustre à combien la place d’Armes est devenu un rendez-vous touristique.

L’exploitation sur un site si remarquable en plein centre-ville nécessite un engagement permanent. Sur 170 ans, pas moins de 20 gérants ont pu être recensés !


Partie I

Le Café Belge et Excelsior de la forteresse à la Belle Epoque

La première mention du Café Belge à la place d’Armes remonte à septembre 1852. Le rez-de-chaussée de l’immeuble situé à l’ancien N°9 de la place, était divisé en deux espaces commerciaux. D’un côté se trouvait le Café Belge avec une grande salle et de l’autre, le magasin de meubles de Théodore Michaelis. Aux étages, les chambres étaient spacieuses. Le deuxième étage avait été loué au Commandant en Chef Zierold de la garnison prussienne. Il faut se rappeler que du temps de la forteresse (-1867), la garde principale (emplacement du Cercle Cité) et l’ancienne « Komandantur » de la garnison (emplacement de la Cour des Comptes) se situaient à deux pas du domicile de ce militaire haut en rang.

Le propriétaire de l’immeuble fut Théodore Michaelis (1803-1865), fabricant de meubles qui tenait outre son commerce au rez-de-chaussée, un atelier d’ébénisterie au « Hinterhaus ».  Son épouse, Madeleine Klein (1805-1879) exploita le Café Belge jusqu’en septembre 1871.  

Le Café fut fréquenté à cette époque par une bourgeoisie fortunée, comme un « tronc des pauvres » était installé au café pour soutenir la bienfaisance. Madeleine Michaelis-Klein organisait des soirées de concerts. En 1864, on notait le passage de la « Sängergesellschaft Böhmen ».

De 1871 à 1880 l’enseigne fut gérée par le parisien Eugène Hervé junior. Pendant cette période, Théodore Michaelis junior reprit l’enseigne de son père et obtint le titre de fournisseur de la Cour. Après le décès de ses parents, en 1880, Michaelis vendait l’immeuble avec son « Hinterhaus », ses dépendances. Grâce à la vente du mobilier en 1881, on peut plonger dans l’ambiance d’un Café de l’époque : on y découvre un comptoir avec plaque en marbre, des fauteuils et une armoire à glaces, des pendules ainsi que six miroirs dont plusieurs étaient fixés entre les trumeaux. Les lames en marbres qui couvraient les 10 tables traduisent le souci de l’hygiène. Une console-desserte également couverte d’une lame en marbre facilitait le service aux tables. Les banquettes et chaises étaient rembourrées, les chaises supplémentaires étaient cannées. Comme dans tant de villas bourgeoises et Cafés de l’époque, on y découvre une table de billard. La cave renfermait du Bordeaux, du Wermuth, de la Madère, du Kirsch, de la bière forte (Bockbier) en fût. La salle était chauffée au coke. La cuisine comportait un dressoir à 6 portes avec un dessus-vitrine.

 J. P. Urbany assurait la gestion du Café jusqu’en 1883. Il rafraîchit les locaux et exploitait l’enseigne sous le nom de « Bavaria ».  Il servait de la bière Salvator- Doppelbock et proposait une cuisine bavaroise avec boulettes de foie, de la choucroute et des boudins de Vienne. En 1883, Urbany ouvrait à l’Avenue de la gare / rue de Bonnevoie le Café de l’Amérique, qui deviendra le futur Münchner Kindl.

Après un court passage d’exploitation du Café par Madeleine Glodt, le Café Belge fut repris par F. Levy-Grosber qui en 1888 allait ouvrir un Café à la rue de Bonnevoie. Il avait quitté la place d’Armes suite à un incendie qui avait endommagé une partie du Café Belge.

Après des travaux de réparation, Charles Breuling (1858-1904) reprit l’établissement pour les années de 1889 à 1894. Breuling servait des repas copieux et proposa des menus du jour : le samedi fut réservé au gras double servi avec une bière blonde Schlösschenbräu de Neunkirchen. Le monde associatif commence à s’y réunir dès 1889. Les membres de l’association « Elo ass et esou » s’y retrouvaient régulièrement. Breuling s’engagea dans une autre carrière, celle de maître de danse à l’Hôtel de Luxembourg (rue du Rost) à partir de 1895.

Nicolas Reuter reprit l’enseigne de 1894 à 1898. Il y raccorda l’établissement au téléphone. Il servait du Franziskanerleistbier, dont le dépositaire de la marque bavaroise fut Jos Giver, le futur propriétaire de l’immeuble. Reuter resta en place jusqu’à l’achat de l’établissement par la Société anonyme de la Brasserie de Diekirch en décembre 1897. Reuter allait reprendre à ce moment le Café de l’Amérique de J.P. Urbany à l’avenue de la Gare. La brasserie de Diekirch apporta des modifications à l’immeuble, permettant notamment à la Société de Gymnastique à établir son siège au premier étage et de profiter de la terrasse donnant sur la place d’Armes. Depuis 1875, le kiosque à musique installé à la place d’Armes encourageait le développement de terrasses.

La gestion du Café Belge passa en 1898 à Fritz Grégoire d’Apach (Lorraine), cafetier qui en 1905 allait être condamné à 6 mois de prison et à 1000 francs d’amende pour avoir falsifié la production de vins. L’immeuble fut alors vendu au dépositaire de bières de Munich, Jos. Giver.

Construction d’un nouvel immeuble en 1906

Celui-ci projeta de démolir l’immeuble existant et de construire un tout nouveau bâtiment hébergeant un hôtel-café-restaurant. En avril 1906, l’immeuble, dont les origines remontaient à la fin du XVIIe siècle, moment où fut aménagé la place d’Armes, fut démoli. Un nouveau bâtiment à trois niveaux plus un étage mansardé vit le jour. Le nouvel Hôtel proposait 24 chambres, reliées au chauffage central et éclairés à l’électricité. Des bains se trouvaient à chaque étage, les chambres étaient raccordées à l’eau courante chaude et froide. Le Café et restaurant comptaient 30 tables et un grand comptoir à horloge.  Ensemble avec le nouveau palais municipal (aujourd’hui Cercle-Cité), le futur Hôtel Niedner allait mettre en valeur la place d’Armes en voie de mutation vers le salon de la capitale. Adolf Niedner junior (1850-1921) avait délaissé son projet de restaurant à la place de Paris pour ouvrir à la place d’Armes. Le fils d’Adolf Niedner, dépositaire de bières de la brasserie de Zweibrücken et de la königliche Hofbrauerei München  à Esch-sur-Alzette, puis à Luxembourg-gare, avait appris le métier de cuisinier. En 1900 il avait épousé Anna-Maria Schwedt, originaire de la Hesse, qui le secondait dans la gestion de l’établissement.

Ce fut une époque animée, dont on se rappelle la soirée au concours de la barbe la plus puissante et la meilleure entretenue (1900). La maison restait le siège de la société de gymnastique. Des représentants commerciaux séjournaient à l’hôtel et firent une partie de leurs affaires sur place. L’Hôtel Niedner fut également le rendez-vous des conducteurs ayant participé au circuit des Ardennes (1907), le lieu d’organisation de banquets d’anniversaires. Des groupes de sportifs, ou encore des instituteurs français en voyage comptaient parmi les clients de l’époque.

Le Café Belge au rez-de-chaussée de l’Hôtel Niedner avait mis le drapeau belge en berne lors du décès du Roi Léopold II en 1909. Adolf Niedner quitta le site à la place d’Armes pour s’établir au quartier de la gare (place de Paris, puis rue de Bonnevoie).

En février 1910, Tony Jentgen lui succéda. Celui-ci n’est pas à confondre avec Sigisbert Jentgen, exploitant le café de même nom, en face, à la place d’Armes. Tony Jentgen (1866-1924) resta en fonction jusqu’en 1912, moment où il reprit l’ancien Hôtel König à Thionville avant de retourner en 1924 à Mondorf-les-Bains comme représentant de vins français. Tony Jentgen avait épousé Martine Flies, la veuve de J.P. Klein, propriétaire de la villa Louvigny et de l‘Hôtel de la Maison Rouge à la rue Notre-Dame.

Jentgen proposa un restaurant à la carte à midi et le soir et servait à des prix modiques des menus du jour proposant des plats corsets avec du lièvre ou du gras double ou encore des tripes. Sa cuisine était équipée d’un grand réfrigérateur. La clientèle appréciait la Franziskaner-Spatenbräu brune et blonde de Munich, mais également les vins de Bordeaux, de Bourgogne, du Rhin et du champagne.

Il proposait des concerts de carnaval, des concerts symphoniques et des soirées de variétés à sa clientèle : « Oh diese Kinder ! », « Der Erbonkel » et « Der unfassbare Taschendieb » furent ses vaudevilles qui, en 1910, lui assuraient une salle complète pendant trois jours. Pour attirer une clientèle de passage, il s’affila à Luxembourg Attractions, l’ancêtre de l’actuel Luxembourg City Tourist Office. En 1911, le jeudi et le dimanche étaient généralement réservés à des concerts. Des artistes, dont des hypnotiseurs, assuraient des soirées hilarantes.

Jentgen proposa des cours du soir en comptabilité en recourant à la disponibilité d’experts comptables qualifiés. En 1912, il mit ses locaux immédiatement à la disposition pour l’organisation d’un concert de bienfaisance pour venir au secours de six familles ouvrières de Wiltz, dont les maris et pères avaient succombé à la foudre. L’American Club, qui s’était toujours réuni à l’ancien Hôtel de la Maison Rouge venait célébrer l’Independance Day au Café Belge. Tony Jentgen devint le Vice-Président de cette association, qui dès lors se réunit régulièrement chez lui. Il prit également une part active dans le monde sportif ce qui lui permit de préparer les buffets à l’issu des matchs du Sporting Club. A la Schueberfouer Tony Jentgen tenait régulièrement un pavillon de restauration avec attractions.

Depuis 1910, la gestion de l’immeuble était scindée en deux. Jentgen s’occupait exclusivement du Café Restaurant, alors que la pension Aulner louait les chambres aux étages.

belge

hotel niedner

Photos :

Hotel Niedner © MERSCH François Le Grand-Duché de Luxembourg à la Belle Epoque Luxembourg 1980

Café Belge Jentgen  © François Scharff-Vaniere Photothèque de la Ville de Luxembourg


Partie II

Le Café Belge, d’une guerre à l’autre (1914-1945)

Le 1er octobre 1912 Henri Koob Grosges reprit la direction du Café Belge et y resta jusqu’en 1918. L’ancien tenant du Café Metropole à Arlon avait repris les affaires à la place d’Armes.  En 1919, il s’établit comme dépositaire des cigares NOLRA à Mondorf-les-Bains avant d’y reprendre la direction de l’Hôtel Royal à l’avenue des Bains. Il est évident que Koob-Grosges servit du Münchner Spatenbräu, mais aussi des bières de la brasserie Henri Funck de Neudorf, comme Jos Giver, le propriétaire de l’immeuble, en fut le dépositaire. Koob-Grosges, baptisa le Café Belge en Café de la Bourse. L’établissement continuait à attirer des associations ou syndicats professionnels, dont l’Association des voyageurs et employés de commerce et de l’industrie.

Le 14 octobre 1918 Georges Firmery-Eicher reprit le Café de la Bourse auquel il redonna son nom original « Café Belge ». Jean-Georges Firmery (1888-1922) était boulanger de formation. Français de naissance, il avait pris la nationalité luxembourgeoise en 1908. Il était issu d’une famille de cafetiers établie à Strassen. Il s’y était présenté aux élections communales en 1913 et 1916. Il fut membre du Wirteverband en 1914 et 1916. Devenu, veuf, il épousa le 1 décembre 1918 Catherine Eicher. Il fit du Café Belge un « établissement de premier ordre » servant des déjeuners entre midi et 14.00 heures et des soupers à partir de 16.00 heures.

L’Armistice du 11 novembre 1918 avait entraîné le Luxembourg dans une grave crise économique. Le pays dut sortir de l’union douanière qu’il avait conclue avec l’Allemagne en 1842. La première conséquence, sur le plan local, fut que le Café Belge ne pouvait débiter que de la bière Henri Funck-Bricher brassée à Neudorf, la bière munichoise n’étant plus représentée sur le marché. Une semaine après l’Armistice, les propriétaires de sociétés commerciales procédaient au Café Belge à la vente de titres, d’autres ventes de titres et d’actions y suivirent en avril 1919, à la veille du Traité de Versailles qui réglait définitivement la sortie du Luxembourg du Zollverein. La crise entraîna aussi la vente publique de cigares, d’huiles à machines et d’autres objets quotidiens. Le 21 novembre 1918, un contingent de 1.500 soldats américains, placés sous le commandement du Général John Joseph Pershing (1860-1948) était entré à Luxembourg. Le 5 décembre 1918, le Café Belge, siège de l’American Club, se présentait comme « Restaurant for american soldiers – english spoken » (l’Indépendance luxembourgeoise 5/12/1918).

Le divorce avec Catherine Eicher conduit Jean-Georges Firmery à une réorientation professionnelle et à l’abandon de la gestion du Café Belge, désormais repris à partir du 15 août 1919 par Charles Baum.

La vente des biens meubles de Café Belge du 19 septembre 1919 renseigne un grand comptoir recouvert d’une plaque en zinc, plus hygiénique et moins cher que le marbre de la version précédente. Deux pompes à bière y étaient intégrées. Les bancs rembourrés et les tables avec plaques en marbres sont toujours en place.  L’inventaire renseigne du mobilier extérieur pour la terrasse ainsi que des paravents. La cristallerie comprit toute la gamme des verres à vin et de champagne, de bière et de liqueur. L’argenterie comprit outre les couverts, des tasses à bouillon, des carafes de lait, de thé et de café, des saucières et des plateaux. La vaisselle comprenait toute la gamme de produits d’un restaurant. La cuisine était équipée d’un grand réfrigérateur, d’une machine à café. La même vente nous révèle l’existence de jeux de société, dont de nombreux jeux de cartes. Le Café fut éclairé à l’électricité et au gaz.

Les Trente glorieuses

Charles Baum (1881-1978) géra l’établissement ensemble avec son frère Louis (1893-1946) jusqu’en 1939. Charles Baum était né à Rodemack. Ses parents s’étaient établis à Mondorf-les-Bains où il fréquenta l’école primaire. Après un apprentissage à Luxembourg, il s’installa définitivement dans la capitale comme représentant de commerce. En 1907, Charles prit la nationalité luxembourgeoise. En 1912, il avait épousé Camille Cerf d’Esch-sur-Alzette.

Louis Baum et son épouse Catherine Tholl (1895-1979) exploitaient le Café Belge-Restaurant Excelsior ensemble avec leur frère. Une nouvelle période de gloire s’annonçait.  Dès 1920, le Mieterschutzverein se réunit au Café Belge. Le Cercle de Natation de Luxembourg qui deviendra le Swimming Club Luxembourg établit son siège au Café à la place d’Armes. La Fédération des sociétés cyclistes y organisa en 1921 sa grande course cycliste et le Café Belge fut l’adresse pour l’expédition de tous colis aux coureurs. La Fédération des sociétés luxembourgeoises des sports athlétiques fondée en 1928, siégeait régulièrement au Café Belge-Restaurant Excelsior. En 1927, le Comité Olympique Luxembourgeois se réunit au Café Belge pour discuter de la participation luxembourgeoise à l’Olympiade d’Amsterdam (1928). Le club de canoë-kayak a été fondé au Café Belge en 1929, qui en 1932 était devenu aussi le berceau du Cercle Automobile Club de Luxembourg. A partir de 1934, la Fédération luxembourgeoise de nation et de sauvetage se réunit régulièrement dans la salle du 1er étage. En 1935 suivait la fondation du club d’escrime « le Fleuret », l’association « Escrime » y avait déjà été fondée en 1930.

Sur le plan culturel, le photo-club luxembourgeois y avait élu son domicile définitivement en 1935. Le Comité l’Union Grand-Duc Adolphe s’y réunit, le jury pour « Gedichte und Lieder » organisé en 1938 dans le cadre de la semaine viticole luxembourgeoise délibéra au Café Belge et Excelsior sur les propositions de poèmes et de chansons reçus. Des soirées de concerts, mais également des soirées de jeux d’adresse comptaient parmi les animations les plus récurrentes.

A partir de 1924 la société de secours espagnole s’établit au Café Belge. Cette mutualité constituée d’immigrants espagnols qui avaient fui la crise économique en Espagne, y organisait, des cours de langue espagnole pour renforcer les relations entre le Luxembourg et l’Espagne. Ces cours furent assurés suivant la méthode Berlitz, dont l’apprentissage de la langue enseignée se fait par l’usage exclusif du parler. Le cours de « correspondance espagnole » fut organisé dès 1927 à l’Athénée.  Le club organisait chez Baum également des concerts et des bals masqués.

A partir des années 1920 la salle du 1er étage accueillait régulièrement des ventes publiques d’immeubles, de mobilier, de fruits et de vins. Les marchands de céréales et ceux du textile s’y réunirent pour débattre de leurs intérêts professionnels. Le Privatbeamtenverband (F.E.P.) s’y réunit encore peu avant l’invasion nazi de 1940. Engagé également pour sa profession, Baum fut Président de la Sacol jusqu’en 1940.

Louis Baum souscrivit au projet pour l’érection, à Longwy, d’un monument en honneur des déportés de la guerre 1914-1918. Ce monument fut élevé en 1925, en souvenir des déportés français et belges morts dans les camps de travail allemands de Longwy. Louis Baum fut Vice-président de l’association des anciens combattants de l’Alsace et de Lorraine, ce qui lui valut en plus comme clientèle régulière, les membres des sociétés françaises. Baum soutenait également par un don l’érection en 1932 du monument aux Défenseurs de la Place de Longwy.

Victor Bodson aurait-il sauvé la famille Baum ?

En décembre 1924 Jos Giver avait vendu son immeuble à l’architecte Paul Funck.

Le deuxième étage était loué à Suzanne Grosch, commerçante et veuve de Pierre Warkin. Le troisième étage de l’immeuble fut exploité jusqu’en 1932 comme pension de famille par la veuve Erasmy-Mousel. Une chambre accueillit un atelier de couture. Au 2e étage était installé de 1924 à 1929, le cabinet des Assurances générales de Bruxelles, ensuite le cabinet d’avocat de Max Metz, fondateur de l’Automobile Club. A partir de 1933, l’avocat Victor Bodson (1902-1984) y avait installé son étude.

Bodson avait étudié le droit à Strasbourg et à Montpellier avant de devenir avocat à la Cour. En 1934, il avait été élu député pour le parti ouvrier. Son adresse à la place d’Armes explique sans doute la tenue de réunions du parti ouvrier au Café Belge. Le 6 avril 1940, Bodson devint ministre de la Justice. Suite à l’invasion du Luxembourg par les nazis, le 10 mai 1940, la Grande-Duchesse et le gouvernement décidaient de rejoindre définitivement le camp des Alliés. Victor Bodson suivit la Grande-Duchesse et le Gouvernement en exil. De 1940 à 1947 puis de 1951 à 1959, Bodson fut ministre des Transports et de la Justice. Il avait préparé et cosigné en 1958 le Traité Benelux. De 1964 à 1967, il dirigea la Chambre des députés comme président. En 1967, il fut détaché auprès de la Commission européenne par le gouvernement du Grand-Duché.

Bodson a sauvé quelque 100 juifs du Luxembourg de la shoah. En raison de son engagement, il a été le premier Luxembourgeois à être honoré par Yad Vashem comme Juste parmi les Nations en 1971. Il serait logique que le ministre Bodson aurait recommandé à la famille Baum de s’exiler. Le 5 septembre 1940, soit une semaine avant la première demande de la Gestapo aux juifs de quitter le Luxembourg, Charles Baum annonçait la vente aux enchères de tout le mobilier du Café Belge dont il arrêtait l’exploitation. Le Café Belge et Restaurant Excelsior offraient 30 tables, 80 chaises viennoises, la cuisine renfermait outre l’équipement traditionnel une machine à café, une machine à glace, un réfrigérateur.  Charles Baum trouva rapidement un repreneur ce qui lui facilita l’évasion. Le couple Baum-Cerf et ses enfants Paul et Fernand purent éviter la persécution juive des nazis qui venaient d’occuper le Luxembourg. Leur première escale sur leur parcours d’évasion les avait menés à Montpellier. La famille réussit à émigrer aux Etats-Unis. Leurs fils s’enrôlaient dans l’armée américaine : Paul participa à l’invasion en Normandie alors que Fernand était associé aux combats des Alliés en Italie. A la fin de la guerre, Charles Baum retourna seul au Luxembourg.

Michel Hurt-Hientgen (1903-1966) avait repris la concession et le mobilier du Café de Charles et de Louis Baum. Il ouvrait le Café Excelsior le 28 février 1941.

charlesvictorcharles

Photos :

Reprise du Café Belge par Charles Baum  en 1919 © Luxemburger Wort - 30 08 1919

Charles Baum © Luxemburger Wort - 11 06 1971

Victor Bodson © Luxemburger Wort - 17 05 1980

 


Partie III

Du Café Belge au Wimpy – de la Kofferpaan au Qosqo Ville

L’après-guerre

Michel Hurt-Hientgen exploita l’enseigne jusqu’au 16 janvier 1953 avant de reprendre l’Hôtel de la Sûre à l’avenue de la Gare à Echternach. En 1945,  l’établissement reprit le nom de Café Excelsior et Belge. L’Association des rescapés et des familles disparues d’Auschwitz se réunit régulièrement chez Michel Hurt. Déjà un mois après la libération en 1944, les étudiants en droit et en médecine s’y étaient réunis pour débattre de leur avenir estudiantin.  En 1946, Hurt essaya d’attirer une clientèle haut de gamme en servant, pour Pâques un menu avec homards, huîtres et soles. Le Café fut fréquenté par une élite d’intellectuels regroupée autour du Mouvement européen, de l’Union fédéraliste luxembourgeoise - Freunde der Europabewegung, les économistes au service de l’Etat, les amis de l’UNESCO, l’association des étudiants et celle des diplômés universitaires en sciences économiques, commerciales, politiques et sociales, les membres du Centre d’études de l’enfance inadaptée.

La salle au premier étage continua à être le rendez-vous régulier de ventes immobilières publiques. Parmi celles-ci il faut noter pour la période de 1948 à 1963 la vente par l’administration des domaines de pommes et de poires récoltées le long des routes et chemins repris du canton de Luxembourg.

Michel Hurt s’engageant dans la promotion touristique de la ville de Luxembourg se fit élire en 1950 au Conseil d’Administration du Syndicat d’Initiative et du Tourisme de la capitale.

En janvier 1953, l’exploitation du Café Excelsior et Belge passa à Mademoiselle Rosa Hatz et à sa sœur Marie Schlechter-Hatz.

Dans les années 1960, le monde sportif se réunit de plus en plus à nouveau au Café Excelsior et Belge. L’Union sportive des éducateurs luxembourgeois y vit le jour. La Ligue des Associations Sportives de l'Enseignement Primaire (LASEP) y tenait ses assemblées générales. La Fédération luxembourgeoise des échecs y eut son siège. Ses membres s’y livraient à des tournois locaux, nationaux et internationaux. Ils s’y entraînaient pour participer aux olympiades d’échecs organisées à Tel Aviv (1964) et à La Havane (1966). L’association des arquebusiers choisit la salle de l’Excelsior pour son assemblée générale.

Comme lieu populaire, le Café devint en 1965 encore le berceau de l’asbl Centrale du chien d’agrément.

L’établissement changea encore de gérance : à la famille Hatz succédait Léon Kremer-Crelot, cafetier à la place Guillaume. Celui-ci céda en 1967, la gestion à la famille Schmit qui avait exploité le Café Monterey (coin Avenue Monterey/ Boulevard Royal) et dont l’immeuble allait être démoli.

Les soirées aux chandelles agrémentées par le pianiste Josy Martin et le violoniste René St Jean trouvaient un si bel écho, qu’elles eurent lieu tous les jeudis. Des soirées viennoises, des soirées de chant avec des chorales locales, toujours arrosées des bières Henri Funck assuraient la gaité de la population locale. Pour raisons de fin de bail, la famille Schmit quitta le Café Excelsior et Belge en 1969 pour reprendre le Pub anglais « Queen Victoria » à la rue de Strasbourg.

kofferpankofferpan renov

 

Intérieur rénové du restaurant Kofferpaan Luxemburger Wort - 26 10 1979

Wimpy- Kofferpaan, Pub on the top

Une toute nouvelle ère allait commencer en 1970 avec l’ouverture des restaurants Wimpy, Kofferpaan et Pub on the top. Fini le temps des assemblées générales, des habitués du coin. Les modes de vie ont changé. L’ouverture de centres culturels explique le délaissement des Cafés et restaurants au détriment du secteur horeca. Leur ouverture reflète le souci d’une politique de lutte contre l’alcoolisme, en faveur de l’accès gratuit aux réunions sans obligation de consommation, d’une sécurité optimale des lieux, d’une accessibilité pour tous.

La société Happy Snacks fondée en 1968, avait loué l’immeuble du Café Excelsior et Belge à la Brasserie Henri Funck pour une durée de 15 ans. Happy Snacks compte parmi les pionniers du franchising au Luxembourg. Le premier restaurant Wimpy avait ouvert en 1968 à la place de Paris. Cette restauration rapide avec service à table et à bon prix, venait à la rencontre d’une population active au centre-ville et de personnes en transit. François Hengen fut chargé de la gérance du restaurant. Celui-ci fut inauguré le 25 avril 1970 dans l’immeuble complétement rénové à la place d’Armes. Les architectes Stierli & Zwygart de Zurich, travaillant régulièrement pour la société Mövenpick, avaient signé les transformations ensemble avec des designers de la société Wimpy établie à Londres. Un ascenseur reliait désormais les trois étages.

Surtout la jeunesse citadine se réjouit des hamburgers avec frites et mixed pickels servis au restaurant « Wimpy-Ville » installé au rez-de-chaussée. Ce nom fit référence à la figure de J. Wellington Wimpy des bandes dessinées Popeye. Wellington Wimpy y représente un personnage se bourrant constamment de hamburgers. 411 Wimpys purent être préparés par heure, la friteuse fut pleinement automatique. Le restaurant servait aussi des pizzas. D’une capacité de 107 places, Wimpy devint aussi le rendez-vous des guides et chefs scouts, de la jeunesse portugaise. Pendant l’Octave le restaurant servait des plats plus traditionnels, tel que la paupiette de bœuf, le steak pané, la bouchée à la Reine. Avec son enseigne imposante, le nouveau type de restaurant offrait un cadre jeune : „Wimpy-Transparente und elegante Fassadenbekleidung bringen einen frischen Zug in den „Salon der Hauptstadt“ (…) « Automatische Entlüftung, rote Polsterbänke, vornehme Gardinen und diskrete Beleuchtung geben dem Ganzen eine weitere anziehende Note“ constatait la presse lors de l’inauguration du restaurant (Luxemburger Wort 25 avril 1970).

Le 10 juillet 1970, suivait l’ouverture du restaurant Kofferpaan et du Pub on the top. La brasserie et steak-house Kofferpaan tint son nom d’une étincelante chaudière en cuivre, vieille de 70 ans et transformée en bar. En provenance des brasseries Henri Funck, elle rappelait la tradition des bières brassées à Neudorf jusqu’en 1983. « Die Brauerei Henri Funck aus Luxemburg-Neudorf hat stilgerechte Gegenstände aus alter Brauertradition zur Ausschmückung der „Béierstuff“ zur Verfügung gestellt. Wer denkt nicht mit einer gewissen Wehmut an gemütlichere Zeiten zurück, beim Anblick der glänzenden „Kofferpaan“ dem ersten Henri Funckschen Sudkessel im Gewicht von einer Tonne, der als Schanktisch dient. Das Transmissionsrad zur Beförderung der Malzmengen, die kupfernen Bierzuflussröhren an der Decke, die Holzroste mit althergebrachten Malz-und Hopfensäcken, Läuterstation und Kupferbank, Daunen (d.s. die Seitenbretter der Fässer), alte Humpen mit zinnernen Deckeln, Pferdegeschirr, ein wandgrosses Gemälde der vormaligen Gebäulichkeiten der Brauerei Henri Funck und nicht zuletzt die Brauutensilien wie Malzschippe, Maisrechen und Scheffel vervollständigen die bewusst traditionsgebundene Ausstattung. Das „Pub on the Top“ auf dem zweiten Stockwerk (…) gibt einen exquisiten Rahmen ab zu lauschigem Verweilen. Zur Untermalung des martialen Charakters des Paradeplatzes unserer ehemaligen Festungsstadt, schmücken Waffensammlungen aus alten Zeiten - Hellebarden, Säbel, Pistolen und Mörser sowie Abbildungen von Schlachtszenen - die holzbekleideten Wände. Kupferne Wandlaternen spenden ein gedämpftes gelbliches Licht. Die vornehme Kassettendecke und die damit blassbraunen Leder überzogenen Stühle und Schemel geben diesem „Pub“ erst die gepflegte stadtbürgerliche Note“ (Luxemburger Wort, 11 juillet 1970, Wimpy, Kofferpaan und Pub on the top unter einem Dach).

Le restaurant Kofferpaan fut apprécié pour son grill, mais aussi, ses plats de saumons danois, d’irish stew, ses plats d’avocats, ses harengs marinés, la soupe à l’oignon. Parmi les bières servies, celles de la brasserie Henri Funck tinrent toujours la primeur. Le service fut assuré par des serveuses costumées en « dirndl » luxembourgeois. Au Pub on the top on dégustait le Ricard, le Gordon’s Gin, Martell, Vat 69, Old Gran Dad, Old Crow, Saint James, Bacardi, Gancia, Smirnoff, Moët et Chandon.

En 1976, Happy Snacks allait agrandir et rééquiper la cuisine du restaurant Kofferpaan :  Die neuen Installationen erméglichen es, unsere gutbürgerliche Kuche den Eroferdernissen der neuen frnazösischen Küche, die sich überall durchsetzt anzupassen” notait le Luxemburger Wort le 11 février 1976. Le restaurant Kofferpaan s’est donc vu réorienter sa cuisine vers le haut de gamme, proposant désormais également du poisson et des crustacés.

En 1979 les architectes Stierli et Zwygart aménageaient la salle « Excelsior » au troisième étage afin d’accueillir des banquets, fêtes de famille, déjeuners et dîners d’affaires à l’écart des regards d’une clientèle de passage.

En 1980 la publicité de Pub on the top clamait „Seit 10 Jahren täglich zu Ihren Diensten // Bei uns essen Sie schnell und verblüffend preiswert! // Für unsere eiligen Gäste haben wir jetzt die Garantie für schnelles Essen.// Von Montag bis Freitag ab 12.00 Uhr ein anderes preiswertes Mittagsgericht.// Wir verzichten auf Luxus und lassen Ihnen zukommen, was wir dank knapper Kalkulation einsparen. Fragen Sie unsere Mitarbeiterinnen nach dem „Wochen-Fahrplan“. Genießen, auch wenn es eilt! » (Luxemburger Wort 17. Oktober 1980) Le Pub on the top prendra le nom de « Orangerie ».

Marché concurrentiel de plus en plus fort, changement du comportement du consommateur, fin de bail, fermeture de la brasserie Henri Funck, rachats de la société Wimpy au niveau international, réforme du régime des cabarets en 1989. Le temps était prêt pour le changement que suivait la société Happy Snacks : Jeannot Scholer ouvre son premier Quick au N°6 place d’Armes en 1984. En 1987, Pizza Hut fait son apparition dans le paysage gastronomique luxembourgeois.

Restaurant latino-américain

De 1989 à 2019 le premier restaurant mexicain de l’enseigne « Chi-Chi’s » ouvrait à l’enseigne de l’ancien Wimpy. Depuis 2020, le restaurant Qosqo Ville fait découvrir les saveurs de l’Amérique latine. A l’étage la Chill lounge offre un espace exclusif où canapés, tables et chaises hautes dépareillées s’unissent pour offrir un moment convivial et intime. C’est le rendez-vous de dégustations de rhums, gins et whiskies.

tockertweyrich

belge

wimpywimpy

Photos :

Restaurant Kofferpaan en 1977 © Marcel Tockert Photothèque de la Ville de Luxembourg

Wimpy Bar 1970 © Jean Weyrich Photothèque de la Ville de Luxembourg

Intérieur Wimpy © Tageblatt 2019_Happy_Snacks_6-499x576

Pub on the top © Grand-Duché de Luxembourg Pocket guide 1980

Concours Wimpy © Luxemburger Wort - 02 09 1978